L’Europe et les Balkans

 

Les Balkans sont héritiers de plusieurs conflits qui ont abouti à la dislocation de la Yougoslavie. Depuis la fin des années 90, une stabilité fragile s’est donc installée. Mais face à cela, quel rôle donnent les pays d’Europe à ses pays ? Après les premières proclamations d’indépendance entre 1991-1996, la sécession du Monténégro, la fin de guerre Bosnie-Herzégovine et du Kosovo sans oublier la Croatie, les Balkans avaient vocation à se rapprocher de l’Union-Européenne ce qui permettrait de redorer leur image.  Quelles sont les avancées de coopérations entre ces partenaires ?

Géographiquement, les Balkans sont bordés par plusieurs mers : la mer Adriatique et la mer Ionienne à l’Ouest, la mer Egée au Sud, la mer de Marmara et la mer Noire à l’Est. Au nord trois fleuves délimitent les Balkans : le Danube, la Save et la Kupa. Cette place dans l’Europe Centrale est une position pivot à la fois pour l’immigration, mais aussi le commerce en provenance d’Asie vers l’Europe, sans oublier le trafic mafieux qui sévit dans cette partie du monde.

Les Balkans sont également tributaires du retour de la Turquie dans la région qui est un facteur à prendre compte. L’ancien empire Ottoman souhaite récupérer une place essentielle dans la région Méditerranéenne, tout en se réorientant vers l’Orient. Ne risquent-ils pas de se faire aspirer dans cette idéologie, à l’heure où les portes de l’Union Européenne se ferment. La Macédoine et l’Albanie en sont des bons exemples.  Toujours tiraillés par leur passé, les Balkans balancent entre un goût pour l’Orient et des intérêts pour l’Occident.

Enfin, on ne peut évoquer une zone géographique, sans parler de son économie. Il n’y a pour le moment aucune réelle amélioration et surtout une aggravation des retards socio-économiques par rapport à l’Europe. Les équilibres se feront grâce et avec l’aide des pays d’Europe mais peut-être aussi par le biais d’autres acteurs qui font leur retour en Méditerranée, tels que la Russie ou la Chine.